Cantillon,
l'esprit de la bière.

La cuve d’empâtage date de 1937, son mécanisme est inchangé. Les cuves d’ébullition, le moulin, la presse pour les gâteaux de cellulose pour la filtration, le bac refroidissoir dans la « chapelle », les stocks de houblons surrannés de 3 ans, les tonneaux de chêne empilés d’où émerge le moût en fermentation, les montagnes de bouteilles au repos à l’horizontal…  Chaque objet est magnifique, chaque objet raconte l’histoire de cette famille, la famille Van Roy- Cantillon qui a su maintenir et développer son patrimoine unique.

Jean -Pierre Van Roy raconte…

C’était dans les années 1970…  Cet article paru dans la Libre Belgique sur lui, un brasseur qui avait sorti ses tonneaux dans la rue, dans une fête,  a tout déclenché finalement… Une idée géniale quand on y pense.. pour trouver d’autres publics que les cafés, où les tournées qu’il se devait de payer avant d’espérer une commande, commençaient à le lasser …
Suite à cet article, un premier groupe de 50 personnes demande à visiter la brasserie…
Jamais Jean Pierre Van Roy n’aurait imaginer faire visiter sa brasserie alors…
En 1978, il crée le Musée Bruxellois de la Gueuze.
En 1979 , il reçoit 3200 visiteurs.
En 2013, 43700 personnes ont franchi la porte de la brasserie…

"Brasser, c'est très simple, mais il faut respecter les règles. Et c'est la nature qui fait le travail. Le brasseur est soumis à la nature. Ici, le temps ne respecte pas ce qui se fait sans lui... "

Un symbole de la ville de Bruxelles

Cantillon est devenu un symbole de la ville de Bruxelles.
Quand George Shultz, le secrétaire d’Etat américain, vient  Bruxelles en 1986, il a prévu de rencontrer trois personnes : le roi, le premier ministre, et Jean Pierre Van Roy…

Jean Pierre Van Roy a le don des formules choc :  » nous ne sommes pas une brasserie artisanale » ! « On est de l’archéologie industrielle, il y a  des manettes à actionner, des mécanismes, des poulies qui se mettent en marche.. »… »la seule différence, c’est que nous ne faisons pas un produit standard… » Dans les « guéguerres » actuelles intestines qui secouent les brasseries « artisanales » et les brasseries « industrielles », visiter Cantillon et écouter Jean Pierre Van Roy redonne foi dans cet esprit brasserie qui m’est si cher..

En 1979 , il reçoit 3200 visiteurs. 
En 2013, 43700 personnes ont franchi la porte de la brasserie devenu entre temps un veritable musée de la bière.

Le brasseur est soumis à la nature.

Il poursuit : « Brasser, c’est très simple, mais il faut respecter les règles.  Et c’est la nature qui fait le travail.  » « Notre bière, c’est le même processus naturel que pour le vin. La seule différence, pour le vin, le sucre vient du raisin, plus ou moins important selon l’ensoleillement. pour la bière, le sucre vient des céréales, plus ou moins important selon… le brasseur.  »
Ensuite, la fermentation en tonneaux, on laisse mûrir, un an, deux ans, trois ans… Puis la mise en bouteille, et 5 à 6 mois de garde minimum après… on déguste…. ou on peut aussi laisser vieillir les bouteilles, comme cette vieille Gueuze de 1996…

Ici, le temps ne respecte pas ce qui se fait sans lui…  Pour toutes vos batailles, pour votre vision de la bière, pour cet esprit que vous avez su redonner à ce lieu familial pour en faire ce lieu mythique unique au monde,
Respect monsieur Jean Pierre Van Roy…